octobre 01, 2022
11 11 11 AM
Derniers articles
Comment un plombier débouche une canalisation ? Comment récupérer son ex femme ? Histoire de Evander Holyfield Histoire de Rudi Völler Découvrir la ville de Berne Comment prendre confiance en soi pour séduire ? Découvrir Zermatt la Station ! Comment développer la résilience ? Comment aider quelqu’un d’anxieuse ? Retrouver la confiance en soi ? Comment faire ?

Histoire des impôts

Apprendre où et quand les impôts et la fiscalité en général sont apparus et comment ils ressemblent aux impôts d’aujourd’hui.

Histoire des taxes

Comprendre comment le code fiscal  s’est développé depuis le début des colonies. Découvrir certains des impôts les plus étranges de l’histoire, conçus non seulement pour générer des recettes, mais aussi pour influencer les comportements.

Introduction

Les impôts peuvent être compliqués et leur compréhension nécessite d’aller plus loin que la connaissance du code des impôts actuel et de son impact sur les comportements. L’histoire de la fiscalité, les raisons de son utilisation et la façon dont elle a influencé les sociétés précédentes peuvent nous aider à comprendre les avantages et les conséquences potentiels des taxes actuelles et proposées.

Ce que vous allez apprendre

Cet historique peut également aider les décideurs politiques à rédiger de meilleures législations sur la base des résultats et des modèles du passé.

Les impôts : L’histoire de l’origine

Les codes des impôts d’aujourd’hui sont vastes et en constante évolution, mais bon nombre des types d’impôts de base dont dépendent les gouvernements aujourd’hui, notamment les taxes de vente, les taxes d’accise et les impôts fonciers, existent depuis les débuts de la civilisation. Il y a environ 5 000 ans, la première trace d’imposition remonte à l’Égypte ancienne, où le pharaon percevait une taxe équivalant à 20 % de toutes les récoltes de céréales. À l’époque, l’Égypte n’avait pas de monnaie, et les céréales représentaient donc une réserve de valeur tangible qui pouvait facilement être collectée, échangée et redistribuée dans la société. Comme pour de nombreuses innovations modernes, ce sont les Grecs qui ont repris l’idée de la taxation et l’ont répandue dans le monde développé, à mesure qu’ils étendaient leur royaume et que la civilisation évoluait.

Fait amusant :

La pierre de Rosette, notre clé pour déverrouiller la signification des hiéroglyphes, était principalement un document fiscal qui expliquait les nouvelles lois fiscales décrétées en 196 avant Jésus-Christ.

Le début des taxes familières

La taxe de vente

La Rome antique administrait une taxe sur les ventes. Jules César a été le premier à mettre en place une taxe sur les ventes : un taux fixe de 1 % appliqué à l’ensemble de l’Empire. Sous César Auguste, la taxe sur les ventes était de 4 %, ce qui se rapproche du taux que l’on retrouve aujourd’hui dans de nombreuses taxes sur les ventes des États .

L’impôt sur le revenu

L’empereur romain Auguste a modifié le système fiscal à la fin du 1er siècle avant Jésus-Christ. À l’origine, la collecte était assurée par des « fermiers fiscaux » qui percevaient les impôts de leurs régions respectives sur la base de l’évaluation de la région dans son ensemble et les remettaient au gouvernement. Ce système était difficile à maintenir, et Auguste est passé à un système d’imposition directe qui ressemblait à un impôt sur le revenu. Au départ, il s’agissait d’un impôt direct sur la richesse d’un individu, mais lorsqu’il est apparu que ce système était également difficile à mettre en œuvre, l’impôt sur le revenu a remplacé cette collecte.

L’impôt foncier

Dans l’Antiquité, des impôts fonciers étaient prélevés en Égypte, en Perse et en Chine. À l’origine, ces impôts étaient basés sur la valeur de production de la terre, ou sur la quantité de biens que la parcelle était censée rapporter, et étaient donc généralement payés par les agriculteurs. Les impôts fonciers ont perduré dans l’Europe médiévale sous Guillaume le Conquérant en Angleterre. Il est célèbre que Lady Godiva ait traversé les rues à cheval, nue, pour protester contre le taux de l’impôt foncier que son mari était obligé de payer.

L’impôt sur les successions

Les droits de succession sont nés dans l’Empire romain et finançaient les pensions des anciens combattants, prélevées à un taux de 5 % sur les biens hérités. L’impôt sur les successions tel que nous le connaissons est issu du « relief », un paiement effectué au Moyen Âge à un seigneur féodal lorsqu’un fief était transféré à un héritier à sa mort.

Tarifs douaniers

Les tarifs douaniers ont été datés des années 3000 avant notre ère sur le commerce du métal et de la laine entre l’ancienne ville de Kanesh en Anatolie (Turquie actuelle) et l’Assyrie (Irak actuel). L’Empire romain prélevait également des droits de douane, tant sur les marchandises échangées au sein de l’empire que sur celles importées de l’extérieur. Les marchandises étrangères étaient taxées de cinq à 25 fois le taux des échanges internes. Tout au long de l’histoire, des droits de douane ont été prélevés pour contrôler le commerce de certaines marchandises comme la laine, le cuir, le beurre, le fromage, etc.

L’histoire du système fiscal

Une grande partie du début de l’histoire de l’Amérique est centrée sur la fiscalité. À l’origine, l’Amérique était dépourvue de sa plus grande source de revenus moderne : l’impôt sur le revenu. En outre, de nombreux colons et commerçants du XVIIe siècle ont été exemptés de la perception d’impôts de leur pays d’origine pendant quelques années, et certains jusqu’à 20 ans.

Les colonies  prélevaient des impôts fonciers, des taxes d’accise, des taxes de vote et certaines formes précoces d’impôt sur le revenu, bien que les taux d’imposition et les charges fiscales soient bien inférieurs à ceux de leurs homologues britanniques. Alors que les gouvernements  s’en sortent bien financièrement, le gouvernement britannique est endetté par de nombreuses guerres dans le monde. Le gouvernement britannique s’est donc tourné vers les colonies  pour obtenir des revenus supplémentaires, ce qui a marqué le début de la lutte fiscale que nous connaissons et qui a conduit à la Révolution . Il s’agissait notamment de :

  • Sugar Act de 1764 : taxe sur la mélasse, le sucre et le vin.
  • Stamp Act de 1765 : taxe sur les imprimés importants tels que les documents juridiques, les journaux et les pamphlets.
  • Townshend Acts de 1767 : taxes sur 72 articles, dont la taxe sur le thé qui a conduit à la Boston Tea Party.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code