Chirurgie esthétique

 

Chaque intervention chirurgicale est précédée d’une consultation au cours de laquelle le spécialiste analyse en profondeur la demande du patient et identifie la solution optimale en fonction des besoins, des attentes et de l’histoire personnelle du patient. Tout commence avec la civilisation hindoue, où l’on coupait le nez, les oreilles, les lèvres et les organes génitaux lors de combats violents ou à la suite d’une condamnation judiciaire. Quelques siècles plus tard, entre le 19e et le 20e siècle, c’est une femme, la Française Suzanne Noël, qui donne à la chirurgie esthétique un double sens. D’une part, la récupération de parties du corps amputées ou abîmées, d’autre part, un geste d’émancipation pour les femmes désireuses d’améliorer leur image. En commun, les deux lignes ont pour objectif de ne pas gâcher et de valoriser le corps féminin.

Les chirurgies esthétiques  sont les suivantes :

Chirurgie plastique et esthétique du sein

  • Augmentation mammaire : augmentation mammaire avec ou sans implants
  • Augmentation mammaire par graisse autologue
  • Réduction mammaire
  • Mastopexie : remodelage des seins avec ou sans implants
  • Correction de la gynécomastie : réduction des seins chez l’homme
  • Chirurgie mammaire reconstructrice : reconstruction mammaire post-mastectomie par injection de graisse ou d’autres matériaux autologues

Chirurgie plastique et esthétique du visage

  • Blépharoplastie : rajeunissement du regard et élimination des poches, avec ou sans élévation de l’arcade sourcilière.
  • Otoplastie : correction des oreilles décollées
  • Lifting du visage : rajeunissement du visage, remodelage des structures sous-cutanées
  • Rhinoplastie : remodelage du nez
  • Rhinosectoplastie : correction simultanée de la partie esthétique et fonctionnelle du nez, correction de la déviation de la pyramide nasale et de la déviation de la cloison nasale.
  • Chirurgie plastique du menton : modelage du menton

Chirurgie plastique et esthétique du corps

Liposuccion et liposculpture : correction des amas graisseux localisés
Lifting des cuisses / bras / genoux / chevilles / fesses : amélioration de la tonicité de la peau
Chirurgie intime : opérations de modelage des organes génitaux externes de la femme

La naissance de la chirurgie esthétique dans le monde

Outre l’histoire de la période hindoue, reconstituée grâce aux textes de l’auteur hindou Sushruta, on trouve des traces de la chirurgie esthétique à différentes époques de l’Antiquité : des papyrus égyptiens (nous sommes en 3 000 av. J.-C.) décrivant les premières opérations de liposuccion, à l’école de médecine de la Grèce antique, où le mot plastikos signifie précisément façonner, donner une forme. Des choses dont les chirurgiens plasticiens se vantent aujourd’hui lorsqu’ils décrivent leurs opérations. À l’époque, il s’agissait de réparer les dommages structurels causés au corps par les fractures, les blessures et les maladies. La chirurgie plastique est apparue en Occident grâce à Alexandre le Grand, qui a envahi et conquis la Macédoine au IVe siècle avant J.-C. et a importé les techniques de reconstruction esthétique dans les pays méditerranéens. Dans la Rome antique, le protagoniste de cette nouvelle discipline fut le médecin Aula Cornelius Celsus qui, dans son traité De Medicina, donna toutes les indications pour la reconstruction du nez, des oreilles et des lèvres. L’empereur Justinien a lui aussi eu recours à la chirurgie esthétique pour reconstruire son nez qui avait été coupé lors d’une tentative d’éviction.

Qui a pour ainsi dire inventé la chirurgie esthétique ?

Pendant des siècles, la chirurgie esthétique a connu des hauts et des bas. Ses traces disparaissent suite aux interdictions de l’Eglise d’utiliser cette technique pour reconstruire des parties du corps et réapparaissent avec l’arrivée des Arabes en Europe. Mais la chirurgie esthétique devient définitivement une science médicale à la fin du XIXe siècle, lorsque John Orlando Roe, un chirurgien de Rochester, dans l’État de New York, réussit la première rhinoplastie esthétique au monde. Ce fut un tournant. Ce n’est plus une blessure de guerre, un accident, une fracture ou une maladie qui justifie une intervention chirurgicale, mais un simple désir esthétique, celui d’améliorer son apparence. Et en 1927, le professeur Frantisek Burian fonde le premier service hospitalier de chirurgie plastique et reconstructive à Prague.

Index