Concepts de beauté féminine dans l’antiquité

Rate this post

Trois ans se sont écoulés depuis le début de la pandémie et Internet a trouvé une autre façon fatphobe de commémorer ce virus qui a envahi le monde. Des mèmes circulent encore une fois sur la “quarantaine 15” et beaucoup d’entre eux, si ce n’est tous, exploitent les personnes obèses dans le processus. Ces blagues donnent l’impression que la pire chose qui puisse vous arriver dans une pandémie mondiale est de prendre du poids.

Un regard brutalement honnête sur les standards de beauté à travers l’histoire

Cependant, il existe un autre côté de l’Internet qui fait des blagues sur le retour aux temps anciens et sur le fait de se prélasser nu en mangeant de la nourriture. L’ironie de la chose, c’est que la plupart des civilisations anciennes n’auraient pas été obèses ou n’auraient pas surveillé le corps des autres – elles auraient accepté la taille de chacun. Cela soulève la question suivante : “Comment le concept de beauté a-t-il évolué au fil du temps ?”
Heureusement, une écrivaine locale positive envers les graisses, aime faire des recherches et répondre aux questions hypothétiques qu’elle se pose. Tout au long de l’histoire, les normes de beauté ont évolué, notamment en ce qui concerne l’apparence de la femme idéale. Pour comprendre l’évolution de la beauté idéale et des types de corps, nous devons examiner comment la géographie et les différentes époques ont modifié les attentes des hommes à l’égard des femmes.

Remarque : les normes dont il sera principalement question sont des normes de beauté féminine eurocentriques. Chaque pays a ses propres normes de beauté, ses propres tendances et ce qu’il considère comme un corps, un visage ou même une peau “parfaits”. Dans cet article, les pays dont il sera question sont principalement blancs – il serait inexact et inconsidéré de ne pas le mentionner.
L’ère paléolithique (de 2,5 millions d’années à 10 000 ans avant Jésus-Christ)
L’ère paléolithique, également connue sous le nom de “Vieil âge de pierre”, est le point de départ de notre chronologie de l’histoire de la beauté. Il est important de commencer par cette ère préhistorique car c’est la première fois que les humains ont laissé des œuvres d’art derrière eux, comme la sculpture que les anthropologues appellent “Vénus de Willendorf”.
La Vénus de Willendorf est une figurine sans visage trouvée en Autriche qui met fortement l’accent sur le corps d’une femme. En raison des gros seins, des hanches et du ventre de la sculpture, les chercheurs ont conclu que cette figurine de Vénus était probablement utilisée pour des rituels entourant la fertilité, la féminité et l’érotisme.
Bien que on n’ait absolument aucun diplôme historique pour étayer mes propos sur cette statue, on croit sincèrement que la sculpture n’était pas exagérée comme le disent de nombreux articles. On n’est pas ici pour débattre de la question de savoir s’il s’agit d’une statue cérémoniale ou non ; on veut simplement évoquer la possibilité qu’il y ait eu une personne obèse à cette époque et que la personne qui a sculpté cette statue était exacte.
Bien que la Vénus de Willendorf n’ait pas de visage, elle a ce qui semble être des cheveux dans une couronne de tresses ou une coiffe avec un motif. Il est possible qu’à cette époque, une grosse femme avec des tresses était le summum de la beauté. Personne n’a encore de réponse à cette question, mais il est agréable de souligner les petits détails d’une statue que la plupart ignorent au premier coup d’œil.

L’ère hellénistique (323 av. J.-C. à 30 av. J.-C.)

La Vénus de Milo est une statue grecque antique sculptée en 100 avant J.-C. à laquelle la plupart des gens pensent lorsqu’ils pensent “Grèce antique” et vous n’auriez pas tort. Elle se trouve actuellement en France, au Louvre, et on pense qu’elle a été modelée d’après la déesse grecque de l’amour et de la beauté, Aphrodite. Loin des besoin de faire une augmentation mammaire rappelons le !
Souvent, les personnes qui écrivent sur les normes corporelles de la Grèce antique qualifient le type de corps idéal de “dodu”. Comme le montre cette statue en marbre d’une Amazone, il s’agit d’une femme en assez bonne forme physique, comme l’indiquent les muscles toniques des bras, avec des cheveux bouclés/ondulés, mais le corps actuel n’est en aucun cas rond.
Bien que cette statue d’Aphrodite ait été réalisée par les Romains, il s’agissait d’une copie d’une statue grecque montrant la déesse nue avec un ventre plat. Il s’agit là d’un autre exemple qui montre que les femmes n’étaient pas censées être “rondes” ou, comme on l’appelle sans détour, grosses. Si quelqu’un était gros dans la Grèce antique, c’était généralement quelqu’un d’extrêmement riche.
Comme vous l’avez peut-être déjà remarqué, ou le remarquerez bientôt, la plupart des normes de beauté ont été dictées par les hommes au fil des ans. Vous vous souvenez du théorème de Pythagore ? Eh bien, le même homme (Pythagore de Samos) a créé un “nombre d’or” de perfection que les Grecs ont repris à leur compte pendant quelques milliers d’années.
En raison de cela, la symétrie du visage était un point central de la beauté, y compris les monosourcils. Les monosourcils étaient synonymes de pureté et d’intelligence, et les femmes qui en étaient pourvues étaient extrêmement convoitées. Celles qui n’en avaient pas utilisaient de la poudre noire pour en dessiner un. Si la jeune femme de 14 ans, avait su cela, elle n’aurait peut-être pas permis à ses camarades de classe de lui épiler les sourcils pendant le déjeuner.
L’ère de la Renaissance (14e-17e siècle)
En avançant un peu dans la chronologie de la beauté, nous arrivons à la Renaissance, une période de l’histoire où l’art était à son apogée. Le problème lorsqu’on compare une femme – ou une personne d’ailleurs – à une œuvre d’art, c’est qu’elle ne sera jamais à la hauteur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *