women wearing a black shirt close-up photography

De nombreuses femmes souffrent de télangiectasies dès leur plus jeune âge.

Cela signifie qu’une multitude de capillaires sont visibles dans leurs jambes.

Il s’agit de dilatations de petites veines qui forment une sorte de réseau de lignes visibles sur la peau.

Elles apparaissent souvent dans la zone externe de la cuisse et à l’intérieur de la partie inférieure de la jambe.

Les capillaires des jambes ou télangiectasies sont très mal vécus par les femmes car ils créent très souvent un fort impact inesthétique, surtout sur des jambes encore jeunes et belles.

La résolution de ce désagrément est possible par la thérapie au laser et la thérapie sclérosante.

Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur ce dernier point !

La sclérothérapie, également connue sous le nom de thérapie sclérosante, est une méthode utilisée pour résoudre les problèmes de vaisseaux sanguins en médecine esthétique !

COMMENT SE DÉROULE LE TRAITEMENT ?

La sclérothérapie consiste à injecter une solution spéciale dans le(s) vaisseau(x) malformé(s), ce qui entraîne la fermeture et la disparition du vaisseau malformé.

Dès que cela se produit, le flux sanguin n’est pas interrompu, mais emprunte d’autres routes sanguines. La circulation sanguine n’est pas affectée par ce changement, car le sang emprunte une autre route et continue à remplir ses fonctions normales.

Dès la fin du traitement, afin de permettre une meilleure diffusion de la solution sclérosante, le médecin compresse et masse doucement toute la zone concernée par les micro-injections.

La sclérothérapie est un traitement très populaire pour la résolution des imperfections des jambes.

En plus de résoudre le problème « esthétique », c’est aussi une solution efficace dans les cas de malformations vasculaires et lymphatiques, caractérisées par des douleurs et des gonflements, des brûlures et des crampes nocturnes.

COMBIEN DE SÉANCES DOIVENT ÊTRE RÉALISÉES ?

Le nombre d’injections est subjectif. Elle dépend de l’état de chaque patient, de la quantité de veines malformées et de leur taille : plus le vaisseau sanguin ou la zone à traiter est grand, plus il y aura d’injections.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code