février 07, 2023
11 11 11 AM
Derniers articles
Cryolipolyse des hanches Dents cassées que faire ? Cryolipolyse du ventre questions et réponses Voyance amoureuse ? Comment cela se passe ? Liposuccion Laser Questions et réponses Liposuccion du ventre Quand faire appel à une voyante ? Histoire complète de la boxe Voyance Genève Gingivite, traitement et solutions
soccer stadium

Résumé coupe du monde 2022

Rate this post

De la fin de la saga Messi au premier tournoi arabe, en passant par le mélange de la politique et du sport, voici ce à quoi la FIFA, et le reste d’entre nous, devront réfléchir.

Analyse : Six points essentiels à retenir de la Coupe du monde au Qatar

Une Coupe du monde pas comme les autres s’achève par une finale pas comme les autres, une histoire de football pour les âges et le premier tournoi d’une région dont on ne parle souvent que par la négative.
• Qu’avons-nous appris ?
• Qu’a appris la FIFA ?
• Qu’a appris le football ?

Voici les principaux enseignements à retenir du mois dernier :

Ou l’un des trois plus grands, du moins, aux côtés de son compatriote argentin Diego Maradona et du Brésilien Pelé. Un scénariste n’aurait pas pu imaginer une meilleure histoire – ni une meilleure conclusion. Les ennuis sportifs que le génie argentin a dû surmonter, la défaite en finale de la Coupe du monde 2014, le sentiment que l’Argentine ne s’était jamais totalement prise à lui comme elle s’était prise à Maradona. Puis, la rédemption. La transformation de Messi ces dernières années en leader de cette équipe, le pèlerinage de dizaines de milliers d’Argentins à l’autre bout du monde jusqu’à Doha, et le sentiment de l’inévitable au fur et à mesure que le tournoi avançait. Et pourtant, dans les dernières minutes du temps réglementaire dimanche, l’Argentine s’est effondrée. Elle semblait prête à arracher la défaite des mâchoires de la victoire, pour finalement en sortir victorieuse. L’un des plus grands joueurs de l’histoire du sport a accompli son destin dans la plus grande finale de la Coupe du monde.

Le monde Arabe peut accueillir une Coupe du monde

La question de savoir si le Qatar avait le sérieux et la tradition du football pour organiser la Coupe du monde est désormais bien connue. Cependant, le message que les Qataris ont essayé de faire passer dès le début était qu’il s’agirait d’un tournoi régional et qu’il représenterait l’ensemble du monde arabe.
Les divergences régionales, notamment le blocus du Qatar, ont d’abord freiné ce discours. Mais le rapprochement entre le Qatar et ses voisins, ainsi que le fait que Doha est véritablement une ville internationale, où vivent des gens de tout le monde arabe, d’Asie, d’Afrique et même d’Europe, ont fait que les craintes d’un manque d’ambiance ont toujours été exagérées. Il n’y a jamais eu besoin de « faux fans », malgré les tentatives de certains médias réputés de présenter les fans d’Asie du Sud comme tels. D’autres préoccupations, telles que l’absence d’alcool lors des matchs, reflétaient également une vision occidentale particulière de la manière dont le football devait être apprécié, sans tenir compte du fait que, pour de nombreuses personnes, notamment les femmes et les familles, l’absence de bière à volonté rendait l’assistance aux matchs beaucoup plus agréable et sûre.
L’alarmisme était-il donc justifié ?
Et si ce n’est pas le cas, les personnes et les organisations qui y ont participé doivent-elles répondre à des questions sur les raisons qui les ont poussées à agir de la sorte ?
Le Qatar a gagné le droit d’accueillir le tournoi, et le reste de la région a adopté l’événement comme le sien. Pourquoi les autres n’ont-ils pas pu l’accepter ?

C’est le jeu du monde

Le football est un sport mondial, mais sa culture a longtemps été dominée par l’Europe et, dans une moindre mesure, par l’Amérique du Sud. L’organisation de la Coupe du monde au Moyen-Orient a permis aux habitants de la région d’assister à un tournoi sans se sentir étrangers. Cela a permis à des personnes qui n’auraient tout simplement pas pu se rendre en Occident pour une Coupe du monde – pour des raisons financières, culturelles ou de visa – d’assister à l’événement phare de ce sport.
Et ils l’ont fait.
Les supporters marocains et saoudiens ont illuminé ce tournoi d’une manière qui n’aurait pas pu se produire ailleurs. Il y avait également des contingents importants d’Afrique et d’Asie. Quand pourrons-nous revoir autant de fans indiens lors d’une Coupe du monde ?
Pendant un mois, Doha s’est transformée en un lieu de rencontre pour le monde entier. Les Japonais et les Saoudiens se sont assis ensemble dans des aires de restauration, les Mexicains ont chanté avec les Ghanéens et les Américains. Les Argentins sont arrivés dans ce qui a dû ressembler à une aventure nationale commune, dans un pays lointain, et ont pris la chose à bras le corps. Les supporters européens, bien sûr, n’ont pas fait le déplacement en nombre habituel. C’est bien dommage : Leur présence aurait été la cerise sur le gâteau de ce qui a été un grand tournoi.
L’expérience de cette Coupe du monde a été, on en est sûr, différente pour divers groupes de supporters. Certains auront préféré certains éléments de ce tournoi aux précédents. D’autres ont peut-être préféré les éditions précédentes. Nous sommes tous différents, avec des opinions différentes, des préférences différentes et des valeurs différentes. Il n’y a pas de taille unique pour tous. Ce qui est normal pour certains est anormal pour d’autres. Et c’est bien là le problème : Un jeu vraiment global doit embrasser les différences.
La montée de l’Afrique (et de l’Asie)
Grâce à la montée en puissance de l’Afrique et aux performances dynamiques des équipes asiatiques et nord-américaines, l’élite traditionnelle du football a été remise en question ces dernières années.
Mais ce tournoi a vraiment été un signal d’alarme.
Le Maroc est devenu la première équipe africaine et arabe à atteindre une demi-finale de la Coupe du monde, et a été, avec Messi, l’histoire du tournoi. Le fait de se retrouver dans un stade avec leurs fans a été un moment fort du tournoi pour de nombreuses personnes. Leurs joueurs ont brillé, mais ils n’étaient pas une équipe de jeunes pousses. C’est une équipe qui comprenait Achraf Hakimi du Paris Saint-Germain, Hakim Ziyech de Chelsea et Yassine Bounou de Séville.
Toutes les équipes africaines ont remporté un match, notamment contre le Brésil, la France et la Belgique. Le Japon a battu l’Allemagne et l’Espagne. La Corée du Sud a battu le Portugal. L’Argentine a vu sa série de victoires remontant à 2019 brisée par l’Arabie saoudite. C’est ainsi que cela devrait être, et comment, inévitablement, cela va continuer. Un jeu véritablement mondial, où tout le monde peut gagner.

La frontière entre le sport, la politique et les droits de l’homme

À l’approche de la Coupe du monde, le Qatar a été critiqué pour son traitement des travailleurs migrants et des personnes LGBTQ+. Le débat sur ces questions met en évidence les difficultés que rencontrera l’instance dirigeante, la FIFA, si elle veut poursuivre sa politique de mondialisation du football.
Le Qatar a reconnu le bien-fondé de certaines critiques, à la suite d’informations faisant état de la mort d’ouvriers travaillant sur les infrastructures de la Coupe du monde et de mauvais traitements. Il affirme que des changements ont été apportés et continueront de l’être, notamment en matière de sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *