L'histoire du web

En 1936 H.G. Wells prédit pour la première fois le cerveau mondial. Wells : « Toute la mémoire humaine peut être, et sera probablement en peu de temps, rendue accessible à chaque individu… Le temps est proche où tout étudiant, dans n’importe quelle partie du monde, pourra s’asseoir avec son projecteur dans son propre bureau à sa convenance pour examiner n’importe quel livre, n’importe quel document, dans une réplique exacte. » Le World Brain devait être un dépôt central des connaissances du monde, organisé par une taxonomie complexe inventée par Wells.

Juillet 1945 Vannevar Bush publie « As We May Think », dans lequel il envisage le « Memex », un dispositif d’extension de la mémoire servant de grand dépôt personnel d’informations qui pourraient être instantanément récupérées par des liens associatifs : « L’esprit humain… fonctionne par association. Avec un élément à sa portée, il passe instantanément au suivant qui est suggéré par l’association de pensées, conformément à un réseau complexe de pistes portées par les cellules du cerveau… Notre incapacité à obtenir un enregistrement est largement due à l’artificialité des systèmes d’indexation… La sélection [c’est-à-dire la recherche d’informations] par association, plutôt que par indexation, peut encore être mécanisée ».

Février 1951 Mary Lee Berners-Lee, la mère de Tim, se rend à l’université de Manchester pour mettre en place le Ferranti Mark 1, le premier ordinateur polyvalent disponible dans le commerce. Ferranti, pour lequel le père et la mère de Tim ont travaillé, a ensuite vendu 9 unités du Mark 1 et de son successeur, une grande réussite à l’époque.

1957 Dans le film Desk Set, lorsqu’un « ingénieur des méthodes » (Spencer Tracy) installe l’ordinateur fictif EMERAC, la bibliothécaire en chef (Katharine Hepburn) raconte à ses collègues anxieux du département de recherche : « Ils ne peuvent pas construire une machine pour faire notre travail ; il y a trop de références croisées ici ».

Mars 1960 J.C.R. Licklider envisage dans la symbiose homme-ordinateur « un réseau d'[ordinateurs], reliés entre eux par des lignes de communication à large bande [qui assurent] les fonctions des bibliothèques actuelles ainsi que les progrès prévus dans le stockage et la recherche d’informations et [d’autres] fonctions symbiotiques ».

Mai 1960 Paul Baran publie « Reliable Digital Communications Systems Using Unreliable Network Repeater Nodes », le premier d’une série d’articles qui proposent la conception de réseaux distribués utilisant la commutation par paquets, une méthode utilisée jusqu’à ce jour pour transmettre tous les types d’informations sur Internet. Un peu plus tard, Donald Davies, du National Physical Laboratory (NPL) du Royaume-Uni, a développé indépendamment la même idée. Alors que Baran utilisait le terme « blocs de messages » pour ses unités de communication, Davies utilisait le terme « paquets ».

Juillet 1961, Leonard Kleinrock publie « Information Flow in Large Communication Nets » ; en décembre 1962, Kleinrock soumet sa thèse de doctorat au MIT, proposant une théorie mathématique pour ce qu’on a appelé plus tard les réseaux à commutation de paquets.

Octobre 1962 J.C.R. Licklider devient le directeur du Bureau des techniques de traitement de l’information (IPTO) nouvellement créé au sein de l’Agence des projets de recherche avancée (ARPA) du ministère américain de la défense. Il s’adresse à ses collègues en tant que « Members and Affiliates of the Intergalactic Computer Network ».

Le 16 août 1964, on écrit : « L’exposition de l’I.B.M. à l’Exposition universelle de 1964 est consacrée aux ordinateurs, qui sont présentés dans toute leur étonnante complexité, notamment dans la traduction du russe en anglais. Si les machines sont aussi intelligentes aujourd’hui, qu’est-ce qui ne le sera peut-être pas dans 50 ans ? Ce seront de tels ordinateurs, très miniaturisés, qui serviront de « cerveau » aux robots… Les communications deviendront visuelles et sonores et vous verrez et entendrez la personne à qui vous téléphonerez. L’écran peut être utilisé non seulement pour voir les personnes que vous appelez, mais aussi pour étudier des documents et des photographies et lire des passages de livres ».

1965 Ted Nelson invente les termes Hypertext et Hypermedia. Il écrit ensuite dans Literary Machines : « Le mot « hypertexte » est désormais généralement accepté pour désigner un texte qui se ramifie et réagit, mais le mot correspondant « hypermédia », qui désigne des complexes de graphiques, de films et de sons qui se ramifient et réagissent – ainsi que le texte – est beaucoup moins utilisé ».

1965 Larry Roberts et Thomas Merrill connectent un ordinateur TX-2 du laboratoire Lincoln du MIT dans le Massachusetts à un ordinateur Q-32 à Santa Monica, en Californie, via une ligne téléphonique commutée de 2,4K bit/sec, créant ainsi le premier réseau informatique étendu.

 

Un article proposé par : https://ewm.swiss/fr/lausanne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code