Se connaître, se maîtriser, se comprendre, s’endurcir, nettoyer son esprit et garder son corps en forme.

Connu sous le nom de « Samouraï aux yeux bleus », le karatéka suisse Andy Hug était l’un des meilleurs combattants Kyokushin européens de sa génération. Combattant en poids lourd, il était beaucoup plus petit que la plupart des adversaires qu’il affrontait. Son style de combat a fait de lui le favori des fans. Andreas Hug est né à Zürich, en Suisse, le 7 septembre 1964 et était le plus jeune de trois enfants. Son père, Arthur Hug, d’origine française et suisse, a servi dans la Légion étrangère française. Il est décédé en Thaïlande avant la naissance de son plus jeune fils.

La mère de Hug, Madelaine Hug-Baumann était allemande. Incapable de s’occuper de son fils nouveau-né, elle l’a fait adopter. Il a passé les trois premières années de sa vie dans un orphelinat. Ses grands-parents, Fridy et Herman Baumann, l’ont finalement élevé, lui et ses frères et sœurs plus âgés, dans le village de Wohlen, en Suisse. Enfant, Hug jouait au football. Joueur talentueux, il a rapidement représenté la Suisse au niveau international des moins de 16 ans.

En 1974, Hug a commencé à apprendre le Karaté Kyokushin à l’école de Karaté de Wohlen sous la direction de Werner Schenker. Hug avait été victime d’intimidation. Le karaté était pour lui un moyen d’apprendre l’autodéfense. Son grand-père s’était opposé à ce qu’il apprenne un art martial étrange et étranger. Il a rapidement été persuadé par sa femme, qui a vu la passion et le talent de Hug pour le Karaté.

Le début d’un champion

En 1977, Hug gagnait de nombreux tournois de Karaté pour les classes inférieures. Il aimait toujours jouer au football. Cependant, ses grands-parents n’étaient pas en mesure de payer pour les deux activités. En novembre 1977, Hug a été sélectionné pour représenter l’école de Karaté Wohlen aux championnats de l’équipe nationale. Alors que Hug est encore un adolescent, son grand-père Herman Baumann meurt. Sa mort a touché le jeune Hug très durement.

Le premier grand succès de Hug dans un tournoi a eu lieu en 1979 à la Coupe suisse Oyama. Pour participer à ce tournoi, les concurrents devaient avoir plus de 20 ans. Hug avait 15 ans. Cependant, la Fédération suisse de karaté a fait une exception en raison de son talent exceptionnel. Il a remporté le titre, en battant des adversaires beaucoup plus âgés que lui. Ce succès lui a valu une place dans l’équipe nationale suisse.

1981 est une grande année pour le jeune Hug, âgé de 17 ans.

Représentant l’équipe nationale, il fait partie de l’équipe suisse qui remporte l’or au Tournoi par équipes des 4 pays. Ils ont battu l’équipe néerlandaise en finale. Il a également remporté la Coupe suisse Oyama, en battant Heinz Muntweiler en finale. Il a également participé au 5e championnat ouvert de Kyokushin des Pays-Bas, qui s’est tenu à Weert, aux Pays-Bas. Combattant chez les poids moyens, il a battu Koen Scharrenberg en demi-finale pour gagner une médaille de bronze.

1981 a également vu Hug co-fonder un dojo Kyokushin à Bremgarten, en Suisse.

En 1982, Hug a poursuivi son succès de l’année précédente. Toujours en combattant chez les poids moyens, il a remporté les Championnats suisses. Cela l’a établi comme le meilleur combattant Kyokushin de Suisse. Il atteint les quarts de finale des deuxièmes Championnats d’Europe et aussi les 6èmes Championnats ouverts de Kyokushin des Pays-Bas. À Budapest, en Hongrie, il a remporté la Coupe Ibusz Oyama, en battant Mark Niedziokka en finale.

En 1984, Hug s’était établi comme l’un des meilleurs combattants Kyokushin d’Europe. En janvier de cette année-là, il a participé à son premier tournoi mondial qui s’est tenu à Tokyo, au Japon. Au 3ème tournoi mondial, il a fait sa transition vers les poids lourds. Il atteint les quarts de finale en perdant aux points contre Shokei Matsui. Il a également remporté un autre titre de champion suisse, cette fois en poids lourd.

1984 a également vu Hug terminer son apprentissage en tant que boucher.

Son grand-père l’avait aidé à obtenir cet apprentissage. Il commence à travailler dans la principale boucherie de gros de Wohlen. Son frère aîné, Charly, travaillait déjà à la boucherie. Bien que travaillant à plein temps, Hug consacrait tout son temps libre à son entraînement Kyokushin.

Combattant désormais en permanence en poids lourd, Hug a poursuivi son succès en 1985. Il remporte la Coupe Ibusz Oyama pour la deuxième fois. Il remporte son troisième titre de champion suisse et gagne également le Swiss Open, un tournoi de poids ouvert.

En décembre 1985, Hug participe aux 3èmes Championnats d’Europe à Barcelone, en Espagne. Il a remporté son premier grand titre international, en battant Klaus Peic en finale.

En 1986, Hug a participé au British Open, perdant contre l’anglais Michael Thompson en demi-finale. Il a terminé à la troisième place. Cette année-là, il a également été libéré de son emploi de boucher par consentement mutuel. Son travail avait été affecté par ses congés constants pour participer à des tournois et pour se remettre de ses blessures.

Lors des 4èmes championnats européens qui se sont déroulés à Katowice, en Pologne, en mai 1987, Hug s’est incliné en demi-finale contre Michael Thompson. Au cours de l’été, il rencontre sa future femme, Ilona, alors qu’elle travaille comme mannequin entraîneur de fitness.

Lors du 4ème tournoi mondial qui s’est tenu à Tokyo, au Japon, en novembre 1987, Hug est entré dans l’histoire. Il est devenu le premier non-Japonais à atteindre la finale du tournoi. En route vers la finale, il a battu l’Allemand Stefan Gopal, le Japonais Masashi Kimoto, le Japonais Yasuhiro Kuwashima, le Brésilien Ademir da Costa et le Japonais Akira Masuda en demi-finale. En finale, il s’est incliné face à Shokei Matsui, qui l’avait battu lors du précédent tournoi mondial.

La 1ère Sursee Cup a eu lieu à Sursee, en Suisse, le 17 septembre 1988. Le tournoi en poids libre était organisé par l’Association Suisse de Karaté. Hug a battu Kenji Midori en finale. Depuis que Hug avait affronté Michael Thompson en demi-finale du British Open 1986, ils avaient construit une saine rivalité, comme deux des meilleurs combattants Kyokushin européens. Au 5ème Championnat d’Europe qui s’est tenu à Budapest, en Hongrie en 1989, ils se sont affrontés dans la finale des poids lourds. Hug a remporté le titre. Deux ans plus tard, lors du 6ème Championnat d’Europe, Thompson prend sa revanche en battant Hug en finale.

En 1991, lors du 5e tournoi mondial, Hug perd dans un combat controversé contre le Brésilien Francisco Filho. Dans leur combat au troisième round, Filho a mis Hug KO avec un coup de pied à la tête, après que la cloche ait sonné pour mettre fin au round. Ce fut le dernier combat de Hug en tournoi mondial. Hug est passé du Karaté Kyokushin au Karaté Seidokaikan en 1992. Le Seidokaikan est un style de Karaté plein-contact, créé par Kazuyoshi Ishii, et est dérivé du Karaté Kyokushin. Avec un changement de style, Hug est passé d’un combattant amateur à un combattant professionnel. Il a passé les quelques années suivantes à concourir au Japon. Le 30 Juillet 1992, Hug a fait ses débuts en tant que combattant Seidokaikan. Dans le tournoi Seidokaikan Kakutogi Olympics II, il a battu Toshiyuki Yanagisawa aux points. Plus tard cette année-là, le 2 octobre, il a battu Taiei Kin en finale de la Coupe du monde de Seidokaikan, qui s’est tenue à Osaka, au Japon.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code