Le CBD, le cannabinoïde non psychoactif du cannabis, a une double fonction : il prolonge l’action analgésique du THC tout en combattant ses effets indésirables sur le rythme cardiaque, la respiration et la température corporelle.

Brève comparaison des effets induits par la consommation de THC et de CBD

Le THC inclut l’anxiété et la paranoïa parmi ses nombreux effets secondaires, mais ceux-ci ne sont pas associés, comme l’ont confirmé plusieurs études, à la CBD.
Les consommateurs de THC souffrent également de signes évidents de psychose et ceux-ci peuvent être combattus par la CBD, qui a des pouvoirs antipsychotiques.
De fortes concentrations de THC peuvent également favoriser le sommeil, ce qui n’est pas le cas si vous consommez des produits contenant des pourcentages élevés de CBD, car ce dernier agit, en fait, de façon diamétralement opposée à la stimulation de l’état de veille.

Qu’est-ce que le cannabis light ?

Le cannabis léger, mieux connu sous le nom de cannabis léger, est le produit des inflorescences femelles du chanvre de Sativa : en fait, celles qui contiennent des concentrations minimales de THC (inférieures à 0,2% et tolérées jusqu’à 0,6%) et de fortes concentrations de CBD sont sélectionnées. Il s’agit donc d’une substance non narcotique qui diffère de toutes celles qui présentent, cependant, des niveaux élevés de tétrahydrocannabinol et sont, par conséquent, utilisés à des fins thérapeutiques, agréable et illégale.

A première vue, il a le même aspect que la marijuana et seule une analyse chimique permet donc de distinguer le chanvre légal du chanvre non légal vendu sur le marché noir.
Le cannabis light est fumé même s’il reste à toutes fins utiles un délit, tandis qu’il peut être utilisé dans la cuisine pour la préparation de boissons et d’aliments de différentes sortes.

Enfin, sa consommation avec des vaporisateurs permet de contenir les risques liés à la combustion.

Selon les lignes directrices établies par la législation en vigueur, le cannabis léger peut être trouvé dans tout le pays mais pas à des fins récréatives ; 2016 a été, pour l’Italie, l’année du tournant car elle a mis en lumière, dans toute la botte, la culture du chanvre.

Le phénomène a toutefois commencé en Suisse, où la marijuana légale est vendue, au lieu du tabac, dans des emballages similaires à ceux qui contiennent les cigarettes classiques.
Cette tendance n’a pas échappé à l’attention de nombreuses exploitations qui ont, en fait, entamé le processus et soumis une demande formelle pour pouvoir produire les inflorescences de chanvre bien connues.
Cannabis : ce que dit en détail le règlement

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’Italie était l’un des pays où l’on produisait le plus de chanvre. Cette réalité a été totalement bouleversée par le chevauchement de deux branches différentes : la branche légale associée au secteur agricole et la branche illégale liée au trafic de stupéfiants.
La promulgation de la loi 242/2016 a radicalement changé les choses et a sanctionné, en fait, la légalité de la culture et de la vente du cannabis avec des pourcentages de l’ingrédient actif, le THC, entre 0,2% et 0,6%.

Toutefois, la législation comporte plusieurs lacunes car, à l’heure actuelle, elle s’adresse principalement aux agriculteurs.
En outre, les domaines d’application possibles du chanvre ont été établis (article 2), mais sa vente pour usage personnel a été interdite.
Fumer du cannabis light est donc un délit passible d’une sanction administrative ; en cas de récidive, le retrait du permis de conduire et du passeport est finalement prévu.

Sites Internet à voir :

  1. https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/faites-du-bruit/segments/reportage/115582/cbd-cannabis-cannabidiol-proprietes-medicinales-marketing-bien-etre
  2. https://swissbotanic.ch/produit/swiss-cheese-5g/
  3. https://www.editoweb.eu/CBD-Suisse_a30994.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code