Aujourd’hui, après quelques années d’expérience, nous pouvons affirmer avec certitude qu’il existe une nouvelle possibilité d’avoir et de conserver des seins jeunes, fermes, mais d’aspect naturel, sans cicatrices. La nouvelle technique exploite la possibilité d’insérer des quantités constantes d’acide hyaluronique dans la nouvelle formulation de MACROLANE, afin de réaliser une REJUVEUSE DE SEIN APPARENTE et de l’augmenter jusqu’à une taille. Un seul traitement par ANESTHESE LOCALE est suffisant, mais il peut être divisé en deux ou trois petites doses espacées de quelques semaines. Par une petite incision de 2/3 mm, une canule est insérée et l’acide hyaluronique est injecté sous la glande et au-dessus du muscle pectoral, dans le même espace que celui utilisé pour la prothèse en silicone. Elle peut être répartie en fonction des besoins et des caractéristiques de chaque sein afin d’obtenir le meilleur résultat esthétique. La petite incision est fermée avec un simple sparadrap sans points de suture.

Après le traitement, qui dure 30/40 minutes, le patient peut librement rentrer chez lui, sans avoir besoin de médicaments. Pendant les 2/3 premiers jours, seul un soutien-gorge élastique est recommandé, pour contenir le gonflement et la douleur. Après ces quelques jours, elle pourra progressivement reprendre ses activités sans gêne, et d’ici une à deux semaines, elle n’aura plus aucune limitation. L’implant est enveloppé d’une fine membrane qui, si elle s’épaissit, peut entraîner un durcissement, mais avec un massage externe approprié, le médecin peut remédier à cet inconvénient.

L’acide est métabolisé dans la partie externe en contact avec les tissus naturels, puis l’implant se consume lentement, en rétrécissant. Afin de maintenir le résultat dans le temps, un rappel annuel sera suffisant, ce qui nécessitera une quantité réduite d’acide hyaluronique et pas plus de la moitié de celle requise lors du premier traitement. Le seul inconvénient est que le gel d’acide hyaluronique est radio-opaque et gêne donc la lecture des mammographies et des échographies. C’est pourquoi une échographie de contrôle est réalisée avant l’implantation pour documenter l’état du sein.

LIPOFILLING MAMMAIRE

Une deuxième possibilité d’augmentation mammaire SANS PROTESTATION, MAIS PAS SANS INTERVENTION, est l’augmentation du volume en utilisant votre propre graisse. Tout d’abord, vous devez disposer de graisse dans d’autres parties de votre corps pour pouvoir la transférer dans la poitrine. Le résultat est immédiat et très naturel, mais la graisse a également tendance à se résorber, mais pas complètement comme l’acide hyaluronique, il peut donc être nécessaire de répéter le lipofilling pour maintenir le résultat souhaité.

AVANTAGES :

  • Cicatrice périaréolaire unique
  • Chirurgie sans hospitalisation, sous anesthésie locale
  • Une convalescence plus rapide et plus facile
  • Réduction des coûts

Technique sans cicatrice

Au fil des années, généralement, les seins ont tendance à se vider et à s’affaisser. La peau, en effet, n’étant plus élastique et tonique comme dans la jeunesse, se détend de façon plus ou moins marquée et manque à sa fonction de soutien. C’est un désagrément qui peut également survenir à un jeune âge, à la suite d’une grossesse ou d’une perte de poids excessive. La mastopexie est une intervention chirurgicale qui, en éliminant l’excès de peau, relève le sein et lui redonne sa beauté originelle. Les cicatrices, dans le passé, étaient la grande limite de ce type de correction : larges et visibles, elles étaient définitivement inesthétiques. Sous anesthésie générale, une cicatrice a été coupée autour de l’aréole et verticalement dans la partie inférieure du sein jusqu’à atteindre le pli sous-mammaire.

Enfin, il y avait une troisième cicatrice horizontale dans le pli du sein lui-même. Pour cette raison, la mastopexie n’était recommandée qu’aux femmes dont la situation esthétique était déjà très compromise, tandis qu’elle n’était pas recommandée à celles qui souhaitaient des corrections plus modestes. Une nouvelle technique a permis de surmonter ce problème, car elle ne laisse qu’une seule cicatrice circulaire sur le contour de l’aréole mammaire. La marque n’est pas très évidente car elle exploite le changement naturel de type et de couleur de la peau. Et, si vous le souhaitez, la cicatrice peut être assombrie par un tatouage. Au cours de l’opération, le chirurgien, en plus d’enlever la peau autour de l’aréole, découpe un « renfort » dans la partie supérieure du sein et l’accroche plus haut au muscle pectoral pour donner plus de stabilité au lifting des seins, en évitant que le poids du sein ne pèse entièrement sur la peau. De plus, afin d’éviter une tension excessive sur l’aréole et d’offrir à la cicatrice un soutien supplémentaire, un fil de soutien en nylon fermé en anneau est laissé dans le derme plié.

La mastopexie avec cette nouvelle technique présente également d’autres avantages : elle est réalisée sous anesthésie locale, sans hospitalisation en clinique, elle coûte moins cher et implique moins d’inconfort pour la patiente. Après l’opération, il faut porter un soutien-gorge élastique pendant un mois ou deux, afin d’obtenir le meilleur résultat possible tant au niveau de la cicatrice que de la forme finale du sein. Plusieurs possibilités sont offertes par cette technique. Il est également utile de raccourcir les seins qui, par nature et non par détente, sont allongés et ont une base étroite, en les remodelant pour leur donner une forme conique. Bien entendu, la mastopexie peut être associée à d’autres corrections. En cas de relâchement de seins asymétriques, c’est-à-dire l’un plus gros que l’autre, on opère le plus petit, en le soulevant et en retirant l’excès de peau. Sur la plus grande, en revanche, on procédera à une mammoplastie de réduction, afin de réduire le volume et de le rendre égal à l’autre. Enfin, la mastopexie peut être associée à la mise en place d’une prothèse, tant pour maintenir un volume adéquat que pour donner de la consistance à un sein trop mou et plat.

 

MASTOPEXIE SANS CICATRICE

  • Anesthésie : locale / avec sédation
  • Durée de l’opération : environ 2 heures
  • Séjour hospitalier : hôpital de jour
  • Convalescence : 8/10 jours

Résultats : permanent

Cicatrice : sur le contour de l’aréole.

De nombreuses femmes se plaignent d’avoir des seins de forme trop allongée, avec une ligne de poitrine étroite qui les fait ressembler à une poire. Un problème lié à la physiologie même de cette partie du corps. Le sein, en effet, est composé principalement de graisse dans laquelle s’enfonce la glande mammaire, qui se trouve sous le mamelon. En revanche, si son volume est supérieur à celui du tissu adipeux qui l’entoure, le poids du sein est déséquilibré et la peau qui le recouvre s’étire vers le bas. Et même si l’épiderme est élastique, le sein s’affaisse. Et il est essentiel de la soutenir en utilisant toujours un soutien-gorge. Une habitude qui peut devenir un esclavage insupportable et qui peut transformer l’inconfort des seins tombants en un véritable problème psychologique. Résoluble, dans les cas les plus critiques, en recourant au scalpel.

Une chirurgie de mastopexie corrective permet de rendre le sein plus rond, conique et ferme. Voici comment la transformation s’opère. Le chirurgien pratique une incision circulaire autour de l’aréole du sein pour enlever le cercle de peau qui l’entoure. De cette manière, il raccourcit et recompacte la forme du sein, en élargissant également la base d’appui sur la poitrine. Il referme ensuite l’incision avec un fil qui est laissé en profondeur pour assurer l’étanchéité de la cicatrice. De cette façon, la marque qui subsiste est parfaitement camouflée par la couleur différente de la peau du mamelon. En outre, si vous souhaitez rendre la cicatrice complètement invisible, elle peut être assombrie par un tatouage spécial.

L’intervention est généralement réalisée sous anesthésie locale, sans qu’il soit nécessaire d’être hospitalisé. Normalement, après quelques jours, vous pouvez reprendre vos activités habituelles, avec la seule précaution d’éviter pendant un mois de soumettre vos bras à des efforts musculaires violents. Les points de suture superficiels sont retirés après une dizaine de jours. Au début, la peau reste légèrement bouclée, mais cette imperfection s’estompe progressivement jusqu’à disparaître complètement au bout de quelques mois. Voir https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-des-seins/augmentation-mammaire-par-graisse/ pour en savoir plus !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code