La loi introduite est si récente que les Suisses ne disposent pas encore de mécanismes de contrôle pour les producteurs et vendeurs légaux de marijuana. Dans les emballages serrés et esthétiques marqués d’une feuille caractéristique, tout peut arriver. Cependant, je dois vous réconforter. Les journalistes de la chaîne de télévision romane RTS Un ont mené leur propre enquête – ils ont acheté des échantillons de tous les produits sur le marché et les ont donnés à des tests de laboratoire pour le THC et le cannabidiol. La bonne nouvelle, c’est qu’aucun produit ne contient plus de 1% de THC. La mauvaise nouvelle, cependant, c’est que tous les fabricants ont surestimé la teneur en cannabidiol, parfois même vingt fois. Qu’est-ce que cela signifie pour un client normal ? Qu’il peut fumer…. placebo, juste sécher la plante. D’autre part, le cannabis, après tout, est de la nature pure et chaque plante contient une quantité différente d’ingrédients psychoactifs. Les produits contenaient-ils d’autres ingrédients dangereux ? Heureusement non, bien que tous les produits bio-labellisés ne soient pas biologiques au sens plein du terme.

Qu’en pense la police ?

Est-il possible de fumer de l’herbe légère dans la rue ? Sur un banc ? Sur la plage ? Sur l’herbe ? Théoriquement, oui. Je dois cependant admettre que, d’après mes recherches, la police suisse est assez confuse. Par exemple, la police de Lausanne déclare que si quelqu’un fume de la marijuana, même s’il a un paquet d’un produit légal, il doit le saisir et le faire tester dans un laboratoire. S’il s’avère que le produit contient moins de 1% de THC, la police le retournera au propriétaire et paiera les frais de l’opération. Si, d’autre part, le produit est illégal, la police… le réquisitionne simplement, et le coût du test est assumé par l’auteur de ce crime énorme. Comme vous pouvez le constater, le système n’est pas parfait et les Suisses ne font que le peaufiner.

J’ai décidé de faire une petite expérience et de vérifier s’il y a de la marijuana légale dans ma petite ville et je me suis promené dans quelques kiosques Naville ordinaires. Et Bingo ! Il y en avait partout ! Mais vous ne savez même pas ce que c’est que d’entendre une question d’une dame aux cheveux gris et aux lunettes à monture en corne qui vend des cartes à gratter, des cigarettes et des journaux.

En savoir plus : https://swissbotanic.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code