Posez toujours des questions à votre prêteur hypothécaire potentiel avant de vous engager dans un prêt. Voici 10 questions à poser à votre courtier en prêts hypothécaires ou à votre prêteur. Des frais imprévus au type de prêt qui vous convient, les années de votre vie peuvent dépendre des réponses que vous obtiendrez. Continuez à chercher le bon prêt jusqu’à ce que vous trouviez un courtier en prêts hypothécaires ou un prêteur avec lequel vous vous sentez à l’aise si vous n’aimez pas les réponses que vous recevez. N’oubliez pas non plus que plus votre courtier en sait sur vous, plus il est en mesure de vous conseiller, de vous aider et de vous donner des informations précises. N’hésitez pas à communiquer vos informations personnelles, notamment en permettant au prêteur de consulter votre dossier de crédit.

Quel type de prêt vous convient le mieux ?

Les prêteurs réputés voudront surtout en savoir plus sur vous avant de vous proposer des options de prêt. Vous ne vous attendez pas à ce qu’un médecin vous suggère une intervention chirurgicale avant d’évaluer votre situation médicale, alors choisissez un courtier qui recueille suffisamment d’informations sur vous avant de recommander un type de prêt particulier. Demandez au prêteur de vous expliquer en détail les avantages et les inconvénients des prêts à taux fixe, des prêts à taux révisable, des prêts à intérêt unique et des prêts à amortissement négatif, et de découvrir comment chacun d’entre eux s’adapterait à votre situation personnelle.
Le taux d’intérêt ne change jamais avec un prêt hypothécaire à taux fixe, de sorte que vous saurez quelle est votre mensualité jusqu’à ce que vous effectuiez la dernière. Un taux hypothécaire ajustable dépend du marché, il peut donc fluctuer, mais généralement pas au cours des cinq premières années. Un prêt à intérêt unique s’accompagne d’un « paiement ballon » de la totalité du solde du capital à un moment donné, en une seule fois. Vous ne paierez que les intérêts entre-temps. Un prêt à amortissement négatif reporte une partie des intérêts pendant un certain temps. En discutant avec votre prêteur et en vous interrogeant sur ces options, vous pouvez déterminer celle qui vous convient le mieux, ainsi qu’à votre situation financière personnelle.

Qu’est-ce que le taux d’intérêt et le taux annuel effectif global ?

Le taux annuel effectif global (TAEG) d’un prêt est obtenu par un calcul complexe qui comprend le taux d’intérêt et tous les autres frais connexes du prêteur, divisé par la durée du prêt. Tous les courtiers ne calculent pas le TAEG de la même façon et il n’y a aucun moyen de calculer avec précision le TAEG d’un prêt hypothécaire ajustable. Le TAEG ne tient pas non plus compte des remboursements anticipés. Demandez à votre prêteur hypothécaire de déterminer la fréquence d’ajustement si votre taux d’intérêt est ajustable, ainsi que l’ajustement annuel maximum, le taux le plus élevé, l’indice et la marge.

Quel est le montant de l’acompte requis ?

La réponse communément admise à cette question est 20 %, mais ce n’est pas toujours obligatoire. Si vous êtes bien qualifié, vous pouvez payer aussi peu que 3 % avec certains types de prêts, mais il y a des avantages et des inconvénients à cela, alors renseignez-vous sur toutes vos options. L’un des inconvénients est que vous devrez très probablement payer une assurance hypothécaire privée si vous mettez moins de 20 %. Cela peut signifier des frais de clôture plus élevés et une augmentation des mensualités jusqu’à ce que vous atteigniez le ratio magique de 80 % de la valeur du prêt. Les prêteurs ont tendance à offrir les taux d’intérêt les plus bas lorsque vous disposez d’au moins 20 % de la valeur nette de votre logement.

Quels sont les points de réduction et les frais d’ouverture de dossier ?

Chaque point de réduction est égal à 1 % du montant du prêt. Par exemple, deux points sur un prêt de 100 000 CHF vous coûteraient 2 000 CHF. Les points, qui sont déductibles des impôts, permettent de réduire le taux d’intérêt. Ainsi, plus vous payez de points, plus votre taux d’intérêt est bas. Parfois, les prêteurs facturent des frais d’établissement, qui sont des frais initiaux facturés pour le traitement d’une demande de prêt hypothécaire. Ces frais sont parfois appelés « frais de prêteur » et se situent généralement entre 0,5 et 1 % du montant du prêt. Demandez à votre prêteur les détails des points d’escompte et du pourcentage des frais d’établissement.

Quels sont tous les frais ?

Le coût d’un prêt comprend les frais du prêteur, ainsi que les frais connexes des vendeurs tiers, notamment les évaluations, les rapports de crédit, la politique de titre, les rapports d’inspection des parasites, le séquestre le cas échéant, les frais d’enregistrement et les taxes. Une estimation de ces frais doit être incluse avec précision dans un document appelé « Estimation du prêt », que la loi fédérale exige que le courtier vous remette.
Les prêteurs sont tenus de fournir le devis de prêt lorsqu’une demande a été remplie, et il doit inclure le nom de l’emprunteur, son numéro de sécurité sociale, l’adresse de la propriété, une estimation de la valeur de la propriété, le montant du prêt et les revenus de l’emprunteur. Vous devez cependant demander une estimation de ces coûts avant de demander le prêt.

Pouvez-vous obtenir un blocage du taux d’intérêt du prêt ?

Les taux d’intérêt fluctuent et changent quotidiennement. Vous pouvez donc bloquer votre prêt si vous avez des raisons de penser que les taux d’intérêt augmentent. Les prêteurs font généralement payer jusqu’à un point pour bloquer le taux d’un prêt. Avant de le faire, renseignez-vous pour savoir s’ils exigent des frais, si le blocage protège tous les coûts du prêt, combien de temps le taux sera bloqué et s’ils vous donneront le blocage par écrit. L’alternative est de payer le taux et les points en vigueur.

Y a-t-il une pénalité pour remboursement anticipé ?

Les pénalités de remboursement anticipé ne sont plus autorisées dans certains États, il est donc important de se renseigner à ce sujet. Ces pénalités permettent au prêteur de percevoir six mois supplémentaires d’intérêts non gagnés si vous remboursez votre prêt par anticipation, soit par un refinancement, soit par la vente du bien. Certaines pénalités ne sont en vigueur que pendant les deux à cinq premières années du prêt, alors demandez des précisions. Renseignez-vous sur les conditions du remboursement anticipé et demandez si la pénalité pour remboursement anticipé s’appliquerait si vous vous refinanciez auprès du même prêteur à une date ultérieure.

Le prêteur est-il en mesure d’approuver les prêts sur place ?

Les souscripteurs examinent les prêts, puis émettent des conditions avant de les approuver ou de les refuser. Vérifiez si votre prêteur est en mesure d’assumer sa mission de souscription ou si cette tâche essentielle lui est confiée. Les prêts de la VA et de la FHA prennent généralement plus de temps à traiter, mais certains prêteurs répondent aux exigences du gouvernement qui les oblige à approuver ou à refuser automatiquement un prêt sans l’envoyer à la VA ou à la FHA.

Combien de temps avez-vous besoin de financer ?

Le délai moyen de traitement d’un prêt est d’environ 43 jours. Vous devez inclure une date de clôture pour rédiger correctement un contrat d’achat, vous devrez donc coordonner cette date avec votre prêteur. Renseignez-vous sur le délai d’exécution prévu. Renseignez-vous pour savoir si des obstacles anticipés pourraient retarder la clôture et combien de temps après l’approbation finale de la demande le prêt sera financé.

Garantissez-vous le respect des délais de clôture ?

La clôture de votre transaction dans les délais est une question importante. Votre contrat d’achat comprendra cette date de clôture, mais elle est généralement subordonnée à la capacité du prêteur à conclure dans les délais. Cela peut entraîner des coûts supplémentaires ou des problèmes pour vous si le prêteur ne peut pas le faire pour une raison ou une autre. Renseignez-vous sur l’éventuelle augmentation du taux d’intérêt si votre dépôt fiduciaire arrive à expiration et sur ce qu’il advient des dépenses supplémentaires que vous pourriez encourir si vous devez payer des déménageurs pour reporter la date. Renseignez-vous sur la manière dont ces frais et d’autres coûts sont pris en charge.

Vous n’êtes pas limité à ces questions

Tout le monde n’est pas un expert en matière de prêts hypothécaires et de conditions d’emprunt. Une bonne règle de base consiste à remettre en question tout ce dont vous n’êtes pas sûr. La seule question stupide est celle que vous ne posez pas ; il est normal de demander des éclaircissements même si vous êtes presque sûr de comprendre. Vous voulez connaître tous les détails, et il y a moins de chances que des signaux soient perturbés si votre prêteur vous explique quelque chose plus d’une fois. Voir https://theoueb.com/site-16479-inp-finanz pour en savoir plus !

 

5 réponses à vos questions brûlantes sur les prêts hypothécaires

Il est plus facile ne que jamais de demander et d’obtenir un prêt hypothécaire – surtout pour les emprunteurs qualifiés – et dans certains cas, vous pouvez effectuer la quasi-totalité du processus en ligne. Mais le processus de prêt hypothécaire reste beaucoup plus complexe que l’obtention d’un prêt automobile ou personnel, en raison de l’ampleur de la transaction et de l’examen approfondi de vos dossiers financiers.
Voici cinq des questions les plus courantes que les futurs acheteurs de maison posent sur le processus de prêt hypothécaire, ainsi que les réponses qui vous aideront à vous y retrouver dans l’achat le plus important que vous ferez probablement jamais.

1. Quand dois-je commencer le processus d’approbation ?

Le moment où vous commencez le processus dépend de la date à laquelle vous souhaitez acheter une maison. Si vous êtes prêt à acheter une maison maintenant, vous voudrez obtenir un prêt hypothécaire préapprouvé auprès d’au moins un prêteur. Cela vous donnera une idée précise de ce que vous pouvez vous permettre et montrera au vendeur que vous êtes capable d’effectuer l’achat.

Mais si vous êtes à quelques mois ou à quelques semaines d’un achat immobilier sérieux, commencez par consulter votre rapport de solvabilité auprès des trois agences d’évaluation du crédit et vérifiez que les informations sont correctes. Vérifiez également votre cote de crédit (disponible auprès de nombreuses institutions financières) et voyez s’il est possible de l’améliorer avant de faire une demande.

Il est plus facile d’obtenir une pré-qualification pour un prêt hypothécaire, mais cela ne vous aide pas autant qu’une pré-approbation. La préqualification est une détermination rapide par le prêteur que vous devriez être en mesure d’obtenir un prêt sur la base d’une discussion avec le prêteur et d’une vérification de votre cote de crédit.

Dans le cas d’une préapprobation, le prêteur examinera vos données financières, telles que votre dossier de crédit, vos revenus, vos actifs et vos déclarations de revenus. Une fois que vous êtes préapprouvé pour un prêt, le prêteur peut vous envoyer une lettre de confirmation. Cette lettre est essentielle dans le processus d’achat d’une maison, car elle montre au vendeur que vous pouvez effectivement donner suite à l’offre que vous avez faite sur la maison.

2. Quel type de prêt hypothécaire devrais-je obtenir ?

Il existe plusieurs types de prêts hypothécaires – du prêt conventionnel à taux fixe sur 30 ans aux prêts garantis par le gouvernement – et il est important de trouver celui qui convient le mieux à votre situation.
La plupart des acheteurs obtiennent un prêt conventionnel avec un taux d’intérêt fixe, généralement pour 15 ou 30 ans. Certains prêts conventionnels vous permettent de verser une faible mise de fonds – 3 % ou moins – mais vous devrez payer une assurance hypothécaire privée (PMI) si votre mise de fonds est inférieure à 20 %.
Si vous achetez une maison d’une valeur de 500 000 CHF ou plus, votre prêt peut entrer dans la catégorie des prêts jumbo. Ces prêts exigent souvent une mise de fonds plus importante, plus d’actifs et un revenu plus élevé. Pensez également aux prêts garantis par l’État, qui peuvent faciliter l’achat d’une maison si vous n’avez pas une cote de crédit élevée et/ou une mise de fonds importante, notamment : Les prêts VA. Les anciens combattants n’ont probablement pas à verser d’acompte ni à payer de PMI. Les prêts FHA. Ce type de prêt est idéal si vous avez une faible cote de crédit et que vous ne pouvez pas verser un acompte important ; vous devrez payer une assurance hypothécaire FHA. Les prêts SWDA. Ce type de prêt est idéal si votre cote de crédit est faible et si vous souhaitez acheter une maison dans une zone rurale.

3. Pouvez-vous verser une mise de fonds inférieure à 20 % du prix d’achat ?

Bien qu’un acompte de 20 % sur votre prêt hypothécaire soit un objectif traditionnel pour les acheteurs de maison, vous pouvez verser un acompte plus faible, mais vous serez probablement coincé avec un paiement supplémentaire chaque mois en conséquence.
La plupart des prêts conventionnels permettent une mise de fonds inférieure à 20 %, mais exigent une assurance hypothécaire, qui peut représenter environ 1 % de la valeur de votre prêt. Vous pouvez obtenir la suppression de l’assurance hypothécaire de votre paiement mensuel lorsque vous disposez de 20 % de fonds propres dans votre maison, mais cela peut prendre des années pour y parvenir.
Les avantages d’une mise de fonds de 20 % ne se limitent pas à éviter le PMI. Elle vous permet également de réduire votre paiement mensuel total, ce qui vous permet de rembourser votre prêt hypothécaire plus rapidement.

4. Pourquoi un score de crédit est-il important ?

Un pointage de crédit est un instantané de votre historique de crédit qui peut déterminer si vous êtes admissible au meilleur taux d’intérêt – ou à tout autre prêt hypothécaire, d’ailleurs.
Le pointage de crédit est une analyse de haut niveau de vos antécédents en matière de crédit, ce qui comprend le montant de vos dettes, le fait que vous effectuez vos paiements à temps et toute faillite ou action en recouvrement que vous avez eue dans le passé.
Vous découvrirez l’importance de votre cote de crédit au cours du processus de préapprobation, car vous pourriez être déçu que le taux qui vous est proposé soit plus élevé que le « teaser rate » que vous avez vu en ligne. Si vous avez un score de 680, par exemple, vous n’obtiendrez probablement pas le même taux qu’une personne ayant un score de 780, qui est considéré comme l’un des meilleurs scores de crédit. Cette différence de taux d’intérêt – même s’il ne s’agit que d’un écart d’un quart de point d’intérêt – peut s’accumuler avec le temps. N’oubliez pas non plus qu’il n’existe pas de score de crédit unique. Les prêteurs hypothécaires s’appuient sur une version du score FICO qui est probablement différente de celle que vous voyez sur les services en ligne gratuits ou auprès de vos sociétés de cartes de crédit. Ces scores peuvent être des versions plus récentes du FICO ou provenir d’un service de notation différent.

5. Comment puis-je obtenir le taux d’intérêt le plus bas ?

La meilleure façon de garantir le taux hypothécaire le plus bas est d’avoir un score de crédit élevé. Tant que vous avez un score de 760 ou plus, vous pouvez généralement obtenir le meilleur taux disponible. Mais vous voudrez également comparer les taux des prêteurs suivants : Les banques conventionnelles. Vous pouvez commencer par une banque avec laquelle vous avez une relation, comme un compte chèque ou un compte d’épargne. Rien ne garantit cependant que leurs taux seront meilleurs que ceux d’un prêteur qui ne vous connaît pas.
Coopératives de crédit. Il est possible que vous puissiez adhérer à une coopérative de crédit et bénéficier de ses taux, car nombre d’entre elles ont élargi leurs conditions d’adhésion ces dernières années et renforcé leur présence en ligne.
Prêteurs en ligne. Certains des plus grands prêteurs hypothécaires du pays ne sont présents qu’en ligne et cherchent activement à obtenir des prêts en proposant des taux plus bas.
Les courtiers en prêts hypothécaires. Les courtiers en prêts hypothécaires examinent les offres de plusieurs prêteurs et vous proposent ce qu’ils considèrent comme la meilleure offre pour vous.
Une fois que vous avez choisi un prêteur, assurez-vous de bloquer votre taux et donnez-vous suffisamment de temps pour conclure l’achat avant l’expiration du blocage du taux.

Critères pour obtenir un prêt hypothécaire

Contrairement à la croyance populaire, vous pouvez obtenir un prêt hypothécaire même si votre crédit n’est pas excellent. Les emprunteurs ayant un mauvais crédit peuvent souvent obtenir un financement hypothécaire grâce à des programmes spécialement conçus pour eux.

Il est tout aussi important de noter que les scores de crédit ne sont pas permanents, de sorte qu’avec quelques ajustements financiers, vous pouvez être en mesure d’améliorer votre score et de passer dans une meilleure fourchette de crédit, ce qui peut signifier des coûts d’emprunt plus faibles lorsque vous concluez votre prêt.

Fourchettes de points de crédit
Les points de crédit se situent généralement entre 300 et 850, bien que certains systèmes de notation pour les prêts automobiles et les cartes de crédit bancaires puissent aller de 250 à 900. En tant qu’emprunteur, la règle générale est la suivante : plus votre cote de crédit est élevée, meilleur est votre taux d’intérêt.

Toutefois, les scores de crédit de nombreux emprunteurs ne se situent pas dans les fourchettes les plus élevées. En fait, le score FICO moyen était de 711 en 2020, selon l’agence de notation Experian. Voici comment les scores de crédit étaient répartis à l’échelle nationale l’année dernière :

  • Exceptionnel : 800-850 – 21
  • Très bon : 740-799 – 25
  • Bon : 670-739 – 21%
  • Passable : 580-669 – 17
  • Très mauvais : 300-579 – 16

Même les emprunteurs se situant dans les fourchettes « passable » et « très mauvais » peuvent être en mesure de bénéficier d’un financement hypothécaire. On dispose de programmes de prêts immobiliers conçus pour les emprunteurs dont le score de crédit est aussi bas que 580.

Quand les points de crédit sont-ils trop bas pour être admissibles à un prêt hypothécaire ?
Il n’y a pas de seuil de score de crédit qui vous empêchera définitivement d’obtenir un prêt hypothécaire, mais plus votre score est bas, plus il sera difficile de trouver un prêteur pour souscrire votre prêt. Les prêteurs considèrent généralement que les demandeurs ayant une mauvaise cote de crédit sont plus susceptibles d’être en défaut de paiement, ce qui signifie que le prêteur a moins de chances de récupérer son argent plus les intérêts. Cependant, chaque prêteur évalue les demandes de prêt différemment, et certains accorderont des prêts à des emprunteurs ayant une faible cote de crédit, tandis que d’autres refuseront tout simplement.

Comment un mauvais crédit affecte-t-il une demande de prêt immobilier ?
Les prêteurs vérifient la cote de crédit de l’emprunteur lorsqu’ils décident d’approuver ou non une demande de prêt et du montant des intérêts à appliquer. Ils prennent également en compte d’autres facteurs, notamment le ratio prêt/valeur (LTV) et le ratio dette/revenu (DTI), mais les scores de crédit sont particulièrement importants.

Avec les prêts hypothécaires conventionnels, les taux les plus bas sont réservés aux emprunteurs ayant un excellent crédit. Les notes de crédit inférieures ou égales à 600 peuvent rendre plus difficile l’obtention d’un prêt, et ces emprunteurs doivent généralement payer un taux d’intérêt beaucoup plus élevé, ce qui signifie que le prêt sera finalement plus cher.

Combien d’argent supplémentaire vous coûtera un faible score de crédit ?
Les taux d’intérêt pour les nouveaux prêts hypothécaires et les prêts hypothécaires refinancés ont atteint des niveaux records au cours de l’année 2020. Le taux hypothécaire fixe moyen sur 30 ans était de 4,87 % en novembre 2019, mais au début de 2021, les taux d’intérêt tournaient autour de 3 %.

Ces taux records ne seront peut-être pas accessibles aux emprunteurs ayant un mauvais crédit, cependant. Bien que les taux soient plus bas qu’il y a un an, les demandeurs ayant une faible cote de crédit doivent s’attendre à payer plus que les emprunteurs ayant un meilleur crédit.

Le tableau ci-dessous montre que les prêts immobiliers pour les emprunteurs ayant un mauvais crédit sont nettement plus chers que les prêts hypothécaires pour les emprunteurs ayant un bon crédit. Les exemples sont basés sur les moyennes nationales pour un prêt fixe sur 30 ans d’un montant de 248 640 $ – le prix médian national d’une maison, moins 20 %, en utilisant le calculateur d’économies de prêt de myFICO.com.

Comment obtenir un prêt hypothécaire avec un mauvais crédit
Un mauvais crédit peut vous coûter cher lorsqu’il s’agit de votre prêt hypothécaire. Il est donc particulièrement important de rechercher une bonne offre si vous ne pouvez pas faire grand-chose pour améliorer votre cote de crédit avant de contracter un prêt.

1. Faites le tour du marché
Certains prêteurs offrent de meilleures conditions de financement que d’autres. Vous pourriez économiser des milliers de francs Suisse en vérifiant simplement auprès de plusieurs prêteurs et en obtenant un taux plus bas ou en payant moins de frais.

2. Vérifiez tous les types de prêts immobiliers pour mauvais crédit disponibles dans votre région.
Recherchez les programmes largement utilisés par les primo-accédants et les acheteurs à faible crédit, tels que les prêts hypothécaires FHA (à partir de 3,5 % d’acompte), les financements VA (sans acompte), les prêts hypothécaires USDA (sans acompte), les prêts hypothécaires HomeReady de Fannie Mae (3 % d’acompte) et le prêt Home Possible de Freddie Mac (3 % d’acompte).

3. Trouvez un cosignataire
Si vous avez un mauvais crédit, vous pouvez envisager de demander à un ami ou à un membre de votre famille ayant un meilleur crédit de cosigner votre prêt hypothécaire. Le crédit du cosignataire donnera un coup de pouce à votre demande, mais le cosignataire sera alors responsable du remboursement de la totalité de la dette, et non d’une partie seulement, si vous êtes en défaut de paiement. En outre, si les paiements sont en retard ou manqués, le crédit du cosignataire sera endommagé.

4. Vérifiez si vous êtes admissible à une aide à la mise de fonds
Il existe plus de 2 500 programmes d’aide à la mise de fonds dans tout le pays pour compenser les coûts de la mise de fonds par des subventions et des crédits. Vous pouvez effectuer une recherche par lieu sur DownPaymentResource.com.

5. Recherchez les programmes d’aide aux premiers acheteurs
Vous pouvez être admissible à des programmes destinés aux acheteurs d’une première maison, même si vous avez déjà été propriétaire. Dans de nombreux cas, un « premier acheteur » est défini comme une personne qui n’a pas été propriétaire au cours des trois dernières années.

6. Recherchez une variété de prêteurs
Les banques traditionnelles ne sont pas les seules à proposer des prêts hypothécaires. Il y a beaucoup de prêteurs non bancaires, de banques en ligne, de coopératives de crédit, de banques communautaires, de banquiers spécialisés dans les prêts hypothécaires et de courtiers en prêts hypothécaires dans le secteur également, et ils veulent tous votre clientèle. Laissez-les se faire concurrence et voyez où vous pouvez obtenir la meilleure offre.

7. Versez un acompte plus important
Il est possible d’avoir à la fois un mauvais crédit et des économies importantes. Les prêteurs sont souvent disposés à accepter un emprunteur ayant un mauvais crédit en échange d’une mise de fonds plus importante.

8. N’ouvrez pas de nouvelle carte de crédit ou ne faites pas d’achat important
Un nouveau compte de crédit ou un gros achat peut faire baisser votre cote de crédit. Évitez donc de contracter ou de demander une nouvelle dette pendant la procédure de demande de prêt hypothécaire. Attendez de contracter de nouveaux prêts après la conclusion du contrat.

 

Comment obtenir le meilleur crédit ?

Avant d’emprunter ou d’acheter à crédit, appelez plusieurs prêteurs ou concessionnaires pour connaître les taux qu’ils proposent. Posez des questions :

Le taux annuel en pourcentage (le taux d’intérêt par an) ;
S’il y a des frais de prêt, des points ou d’autres charges ;
Les paiements mensuels ; et
S’il y a un paiement important à effectuer à la fin (paiement libératoire).
Si le créancier ne vous donne pas ces informations, vous pouvez demander un crédit ailleurs.
Vérifiez auprès de vos coopératives de crédit locales, qui proposent souvent des taux avantageux. Vous pouvez peut-être ouvrir un compte dans l’un d’eux.

Une fois que vous avez obtenu votre ligne de crédit, examinez attentivement les documents finaux avant de les signer. Si les conditions sont contraires à ce que vous attendiez, ne signez pas – demandez un crédit ailleurs.

Quels types de contrats de crédit dois-je éviter ?

Certains créanciers facturent des frais très élevés. Méfiez-vous :

Prêteurs sur salaire. Ces prêteurs, souvent appelés sociétés d’avance de fonds ou d’avance sur chèque, offrent de l’argent en échange d’un chèque daté ultérieurement d’un montant plus élevé. Lorsque le chèque que vous avez émis arrive à échéance (généralement dans un délai de une à quatre semaines), vous devez payer soit le montant total du chèque, soit d’autres frais. Le taux d’intérêt de la plupart des prêts sur salaire est de 300 % à 600 % par an. De plus, si vous ne pouvez pas payer le chèque, certains de ces prêteurs peuvent engager des poursuites pénales contre vous pour le délit de chèque sans provision.

Prêts hypothécaires à coût élevé.

Certains prêteurs essaient de profiter des propriétaires en proposant des prêts avec des taux d’intérêt, des frais, des points et des charges élevés. Pour avoir droit à ces prêts, vous devrez souvent payer des mensualités peu élevées au départ, et éventuellement effectuer un paiement libératoire – un montant important qui s’additionne sur plusieurs années. Si vous obtenez un tel prêt et que vous ne pouvez pas le rembourser, vous risquez de perdre votre maison.

Soyez très prudent avant de décider d’hypothéquer votre maison. Il est peu judicieux de contracter un prêt hypothécaire ou un prêt sur valeur nette immobilière pour rembourser des dettes non hypothécaires, telles que des factures médicales et des cartes de crédit. Si vous avez déjà un prêt hypothécaire à faible taux d’intérêt, ne laissez pas un prêteur vous convaincre de le refinancer avec un taux d’intérêt élevé en sus.

Les sociétés de location avec option d’achat. Faites le tour du marché avant d’acheter auprès d’une société de location avec option d’achat. Leurs produits sont souvent très chers. En outre, les commissions de location sont souvent de près de 100 % par an. Avant d’acheter auprès d’une société de location avec option d’achat, vérifiez les conditions de crédit offertes par d’autres fournisseurs et comparez-les au montant total que vous devrez payer. Si vous avez un besoin urgent de meubles ou d’appareils électroménagers et que vous ne disposez pas d’un crédit suffisant, envisagez de les acheter dans une vente aux enchères ou une vente de garage. Vous pouvez également envisager un plan de paiement à tempérament dans un magasin réputé.

Si j’ai beaucoup de dettes, est-il judicieux d’obtenir un prêt de consolidation ?

Soyez très prudent lorsque vous obtenez un prêt de consolidation. Vous ne devriez envisager un prêt de consolidation que si le taux d’intérêt est inférieur à celui de vos dettes actuelles et si vous n’avez pas à payer de frais de prêt, de frais de montage, de points, de frais de courtage ou d’autres frais. Ne laissez pas les agents de service faire pression sur vous pour obtenir un tel prêt.

Dans la plupart des cas, vous devrez hypothéquer votre maison pour pouvoir en bénéficier. Ce n’est généralement pas conseillé, surtout lorsque votre dette actuelle n’est pas garantie par une hypothèque.

Un refinancement est-il souhaitable ?

Méfiez-vous du refinancement. Certains créanciers, notamment les sociétés de crédit à la consommation, facturent des frais élevés et des frais cachés lorsque vous refinancez. Vous devez également prêter une attention particulière au taux d’intérêt après le refinancement. Vos dettes ne cesseront d’augmenter et vous n’aurez jamais fini de les rembourser.

Si vous êtes en retard dans le remboursement de votre prêt hypothécaire, méfiez-vous de tout vendeur qui tente de vous convaincre que vous pouvez vous libérer de vos dettes en empruntant de l’argent. Le refinancement risque de ne faire qu’accroître votre dette.

Dois-je faire appel à un courtier en prêts hypothécaires ?

Ce n’est pas recommandé. Les courtiers facturent des frais élevés, qui correspondent généralement à un pourcentage du prêt. Parfois, ils reçoivent de l’argent supplémentaire du prêteur en guise de récompense pour vous avoir fait accepter un prêt gonflé.

Quelles sont mes obligations si je me porte caution pour un prêt ?

La cosignature d’un prêt est très grave car vous acceptez de rembourser le prêt d’une autre personne si elle ne le fait pas. Vous pouvez également avoir à payer des frais de retard supplémentaires et des frais de recouvrement cumulés. Vous pourriez être poursuivi en justice et perdre une partie de vos biens. Malgré ce qu’on vous dit du contraire, c’est ce qui peut arriver !

En d’autres termes, vous prenez un gros risque en cosignant un prêt, et vous n’obtenez rien en retour. Et si vous pensez qu’il est rare d’exiger des cosignataires qu’ils remboursent le prêt, vous avez tort ! En fait, trois cosignataires sur quatre sur des prêts émis par des sociétés de financement doivent le faire. Réfléchissez donc bien avant d’accepter de cosigner un prêt, même pour un membre de votre famille ou un ami. Mais si vous décidez de le faire, prenez les précautions nécessaires.

Ne signez pas si vous n’en avez pas les moyens – vous devrez peut-être le faire !
Réfléchissez-y à deux fois avant de mettre vos biens en garantie du prêt. Si vous ne remboursez pas le prêt, vous perdrez probablement ces biens.

Demandez au prêteur de vous informer chaque fois que le débiteur manque un paiement afin que vous puissiez effectuer un paiement pour éviter des frais de retard supplémentaires ou l’échéance immédiate de l’ensemble du prêt.

Faites des copies de tous les documents importants, tels que le contrat, toutes les garanties sur les produits achetés et la déclaration d’information sur les prêts.

En vertu de la loi fédérale, vous devez recevoir un avis au cosignataire avant de signer en tant que cosignataire d’une dette. Cet avis explique les conséquences du non-paiement de la dette. Si vous êtes tenu de payer une dette mais que vous n’avez pas reçu un tel avis, vous devez consulter un avocat.

SOUVENEZ-VOUS !

La loi est en constante évolution. Chaque cas est différent. Cette brochure est destinée à vous fournir des informations générales, et non des conseils juridiques spécifiques.

Veuillez utiliser les informations contenues dans cette brochure avec prudence, car la loi est en constante évolution et les informations peuvent ne pas refléter avec précision les changements intervenus après la création et la publication de la brochure.

L’achat d’une maison, comme tout autre achat, implique de prendre une décision. Et probablement, l’achat d’une propriété est l’une des décisions les plus importantes que nous prendrons dans notre vie, en ce qui concerne l’achat.

Pour cette raison, et bien qu’il s’agisse d’un acte éminemment subjectif, l’achat de la maison idéale dépendant de chaque personne – n’oubliez pas que ce qui est important pour vous peut être dispensable pour quelqu’un d’autre – nous devons prendre en compte une série de critères face à ce processus de décision afin de laisser très peu de place à l’improvisation, qui peut être négative.

Un bon conseiller, en tant que personne qui connaît le client, vous guidera jusqu’à ce que vous trouviez la propriété ou la maison idéale qui répond le mieux à vos besoins. En développant les informations contenues dans l’excellent guide de l’immobilier : comment rechercher une maison ou un appartement par l’intermédiaire de professionnels de l’immobilier, nous souhaitons souligner quelques points essentiels.

Il ne s’agit pas d’un schéma que nous devrions suivre lorsque nous nous trouvons dans cette situation, mais plutôt d’une série de facteurs que nous devrions prendre en compte pour que cette décision soit la plus réussie possible.

Comment choisir la maison idéale

Il existe de nombreux facteurs à prendre en compte qui peuvent nous faire pencher d’un côté ou de l’autre de la balance. Il est donc conseillé de demander l’aide d’un conseiller lors du choix d’une propriété.

Rappelez-vous que nous devons avoir le plus d’informations possible sur la situation dans laquelle nous nous trouvons et sur les différentes alternatives que nous pouvons adopter. Cela réduira l’incertitude au moment de prendre notre décision concernant la maison idéale.

Lorsqu’ils recherchent un bien immobilier, les futurs propriétaires ont généralement trois facteurs en tête : l’emplacement, le nombre de chambres/salles de bains et le prix. Si vous souhaitez demander un prêt hypothécaire, ce dernier doit se situer entre 30 et 40 % du revenu net de l’unité familiale.

Ces facteurs peuvent donner lieu à un large éventail de possibilités. Examinons donc différents facteurs pour savoir comment chercher une maison…

1.- Vivre dans un appartement ou dans une maison ?

Dans de nombreux cas, cette décision sera conditionnée par l’emplacement, car si nous sommes clairs sur le lieu où nous voulons vivre, l’offre existante de l’une des deux typologies peut être rare.

Si ce n’est pas le cas, et que nous pouvons choisir, la décision est généralement très personnelle, car lorsque l’on considère les avantages et les inconvénients offerts par l’une par rapport à l’autre, cela dépend beaucoup du client : sécurité, jardin, taille, piscine, coûts d’entretien, nombre d’étages – escaliers -, bruit, voisins, animaux domestiques ?

2.- L’emplacement

Dans le quartier souhaité, nous pouvons prêter attention au type de rue dans lequel se trouve le bâtiment. La distance et l’accessibilité aux équipements qui sont importants pour nous : espaces verts, écoles, installations sportives, transports publics, zones de loisirs, parkings, centres de santé, supermarchés…

Pour trouver la maison idéale où vivre, il est toujours important de jeter un coup d’œil à Google Maps, qui indique les commodités de la région en général :

3. – Année de construction et état de la maison

Acquérir une maison neuve ou d’occasion. Et dans la seconde main, vous pouvez décider entre une propriété qui est à entrer pour vivre ou pour réformer.

Aujourd’hui, nous envisageons cette dernière option pour plusieurs raisons : l’emplacement nous limite dans le choix d’une maison neuve – il existe un marché plus important de maisons d’occasion – et sur le marché de l’occasion, il est difficile de trouver une maison prête à emménager qui corresponde à nos besoins et à nos goûts.

Nous devons nous demander si nous pouvons nous permettre les investissements futurs que nous devrons faire après l’achat. Et pas seulement les dépenses imminentes, mais aussi celles que nous ferons tout au long de la vie utile de la maison idéale.

4.- Vues et luminosité

Avoir de l’espace, des vues et de la luminosité est généralement une valeur intangible qui influence considérablement le sentiment de confort dans notre résidence.

Si la maison est située dans un immeuble, les étages supérieurs ont tendance à être plus attrayants. Et le type de creux existant dans les murs est également lié à la bonne ventilation de la propriété.

5.- Installations et qualité des finitions

Installation électrique, gaz, eau, chauffage, climatisation, chauffe-eau, portes blindées, antenne de télévision, connexion Internet… Qualité des meubles de cuisine, toilettes, lavabo, douche, robinetterie, menuiserie intérieure -portes-, menuiserie extérieure -fenêtres-, armoires encastrées, revêtement de sol…

Il faut regarder et essayer, sans crainte, nous ne voulons pas avoir de surprises après avoir acheté une maison idéale.

6.- Distribution de la maison

Un autre des conseils utiles pour acheter une maison est de vérifier une distribution correcte, il fait que les mètres carrés de la maison sont mieux utilisés et ne pas investir trop de surface dans des zones telles que les couloirs.

Il est aussi généralement tenu compte du fait que les zones de jour (cuisine, salon, salle à manger, terrasses…) sont séparées des zones de nuit (chambres). De cette façon, l’utilisation de ces espaces communs n’est pas gênante lorsqu’on essaie de se reposer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code